Patrimoine

 A – LE CASTELNAU : un Patrimoine Architectural Préservé du XII au XXI siècle

Un castelnau est un bourg fortifié groupé autour du château fort, la population étant venu chercher refuge et protection, qui assure le service et la puissance du seigneur en échange. Ce type de village apparaît entre 1050 et 1200.
BIRAN est un village rue sorti de l’éperon rocheux qui lui a fourni sa pierre.
Le bourg castral prend sa forme et son extension définitives au début du XVIIIè siècle.
Un clocher sans église et une église sans clocher.

  • La Tour de Guet
    Celle-ci est située sur la motte castrale formée de deux terrasses superposées où l’on peut voir encore les restes d’une ceinture de pierre soutenant le terre-plein de base.

    Actuellement haute de 20 m, elle devait avoir 25 m au Moyen-Age. Restaurée
    en 2002 sous l’impulsion de la Mairie de l’époque et de l’association des “Amis du Vieux Biran”.
    – Son rôle essentiel est le guet ; intégrée dans un système défensif, sa valeur particulière est sa hauteur et robustesse.
    – Épaisseur des murs : 1 m 45
    – Dimensions extérieurs : 4 m 65 / 4 m 90
    – Surface intérieure disponible : 1 m 75 à 2 m²
    – 4 niveaux accessibles pour les deux premiers par un escalier et les deux derniers par des échelles.
    – l’entrée est une porte cintrée de 1 m 85 / 0 m 75

 

  • La Porte tour du Castelnau
    L’entrée principale  est une porte tour au Nord-Est faisant fonction de clocher depuis 1666.

 

  • Notre Dame de Pitié de Biran
    C’est un des 3 sanctuaires de la région avec Garaison (65) & Gimont Cahuzac (32).  “On vient y prier” devant un imposant retable qui relate les trois dernières des sept douleurs de Marie ; on vient admirer l’oeuvre d’art de cet acte de foi écrit dans la pierre.
    Cet édifice fut achevé en 1671
    Retables : l’église fut enrichi par le retable en pierre sculptée entre 1674 et 1676 par un atelier de sculpture de la brillante école de Toulousaine du XVIIº siècle.
    – classé monument historique en le 2 décembre 1908.
    – Dimensions ; hauteur 7 m 75  largeur 8 m 40 surface de 64 ㎡ 80. – Au centre se trouve la PIETA, style italien.
    – Sur l’autel, appuyé contre le retable sculpté, se trouve un deuxième retable en bois doré très ouvragé avec la représentation du couronnement d’épines de la flagellation. Ce au XVIII siècle.
    – l’ensemble de ces deux retables relate les trois moments de la vie de Marie ;
    la vierge de lumière
    la vierge glorieuse
    la vierge douloureuse
    * Portail de Notre Dame de Pitié
    De type renaissance et baroque toscan
    – Porte en chêne massif, formée de deux vantaux rectangulaires terminés en haut en quarts de cercle pour clorent la voûte cintrée de l’entrée.
    – Un intérêt supplémentaire est la décoration en pierre sculptée représentant des fruits (coings, nèfles, grenades, prunes, pastèques, pommes (dites tête de veau),  poires d’Auch…
    – Deux urnes encadrent l’antique.

 

 

  • Le Château Néo-classique de Thézan

    Au XIIº siècle un château de pierre a été édifié certainement sur les ruines du précédent, certainement en bois lui en 1080, mentionné en  1262 avec 19 hommes d’armes.
    Le château fort lui est démantelé en 1630 sur ordre de Louis XIII . Celui de Biran était sur la liste dressée par le procès verbal de l’époque parmi d’autres sur la région.
    Vendu à la commune en 1880 il devient la mairie, la poste et l’école. Il reste un pavillon de chasse fin VXº début XVIº avec ses cuisines souterrains et son escalier à vis dans la tour.

  • Le Vélodrome Naturel par le raccordement des voies qui ceinturent le village depuis 1957 XX siècle

  • Les Vestiges de l’Église Romane
    Saint Martin XII siècle (effondrée en 1816, vendue en 1850)
    * Le chrisme
    Celui-ci se trouve sur un pilier à gauche de la tour carré de la porte du village. C’est le monogramme de CHRIST, formé par les deux premières lettres majuscules de ce mot en langue grecque :
    XRISTOSKhi s’écrit X ; Rho s’écrit P. Il se nomme aussi la Croix de Constantin.
    Aux deux extrémités supérieures du X se trouvent deux autres lettres grecques : “A” et “ω” ; le A étant le commencement, l’Alpha et le ω la fin, l’Oméga.
    *2 têtes romanes sculptées dans la pierre
    *2 rouelles solaires

B – PATRIMOINE ARCHITECTURAL RURAL sur la COMMUNE de BIRAN
du I au XXI  siècle

  • La Pile Gallo Romaine dite la “Turraque” I siècle
  • Le Pont du Moulin XI siècle
    et la partie mitoyenne du moulin
  • Les 2 églises romanes XII siècle
    Saint-Jean Baptiste du Mas
    Saint-André de Ramesan
  • Le Château de Boué XIII & XIV siècle
  • Le Château du Marteret 1842
  • Un ensemble de 24 croix
    Privées ou communales ; en fer forgé bois et pierre
    Les deux dernières implantées :
    Au Marteret en 2010
    Au Ramesan en 2012

C – PATRIMOINE PAYSAGER Typique du GERS

  1. C’est une “campagne ondulée et dissymétrique”. (1)
    Par la voie communale 8, du Capon à La Prade, on passe la Baïse et la D 939.
    – La Voie Communale 3 monte vers Mauret le Marteret, l’Aoueillou(Le bonheur est dans le prè (2)), jusqu’à la route de crête qui nous sépare de la commune de CAILLAVET ; culture, bois, ruisseaux dévalent vers la plaine en pente douce, c’est le côté Ouest de la Baïse
    – La voie communale 7 & 8, rive droite suivent les versants “abrupt et court” en falaise aux sommets couronnés de chênes noirs.
    En amont on aperçoit le pic du midi,
    En aval la rivière s’en va à la Garonne.
    L’empreinte gallo romaine est restée avec la “Turlaque” et le nom d’un lieu dit “La Couture” qui signifie la culture en latin ; le Moyen Age a succédé au XI siècle avec le pont et les 2 chapelles romanes pour poser le paysage actuel.
    (1) Définition de Bruno SIRVEN “Paysage du Gers” Editions du Rouergue 2004
    (2) Film d’Etienne CHATILIEZ 1988
  2. Le chemin de l’Archevêque
    C’est la Voie Communale 25 et VC 11 qui part de la vallée de l’Auloue et mène à Mazères et Barran. Cette route de crête est la ligne de partage des eaux entre l’Auloue et la Baïse, et est une longue suite de collines de 250 à 270 m d’altitude appelée une “serre” (Lieu-dit La Bourdette de Serre)
  3. La voie Royale
    Vois Communale 24 ; de Lassere à Saint Jean Poutge ; tracée en 1750 par d’Etigny tout en ligne droite.
    Le château d’eau à côté du lieu dit ‘Taillefer” ouvre un point  de vue de 270° découvrant la chaîne des Pyrénnées de l’Ariège à la Rhume.
    Endroit idéal pour y positionner une table d’orientation et un lieu d’observation astrologique.